Exploration des mythes de Shamballa et d’Agartha

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est shamballa-VS-agartha.webp.
Exploration des mythes de Shamballa et d’Agartha

Depuis que je m’intéresse à la spiritualité, c’est-à-dire depuis mon plus jeune âge, je me suis intéressée au mythe de Shamballa que j’ai découvert dans différentes lectures ésotériques, notamment dans le livre « la vie des maitres  » de Spalding, ou « La cinquième prophétie  » de

J’ai longtemps cru que c’était la même chose et puis je me suis posé des questions en entendant une conférence de Bernard de Montréal, alors j’ai décidé d’aller faire une investigation en hypnose, mais tout d’abord, je vais donner des précisions sur ces 2 mythes.


1. Le Mythe de Shamballa

Shamballa est un mythe ancien, profondément enraciné dans les traditions ésotériques et spirituelles de diverses cultures, notamment le bouddhisme tibétain et l’hindouisme. Ce royaume mythique est souvent décrit comme un lieu de pureté, de sagesse et de paix, inaccessible au commun des mortels. Voici une exploration détaillée de ce mythe fascinant.


1.1. Origine et Signification

Le mythe de Shamballa trouve ses racines principalement dans les traditions du bouddhisme tibétain. Il est mentionné dans divers textes religieux, y compris le Kalachakra Tantra, qui est l’un des textes tantriques les plus importants du bouddhisme tibétain.

Signification de Shamballa :

  • Paix et Équilibre : Le nom « Shamballa » signifie « lieu de paix » ou « lieu de tranquillité » en sanskrit.
  • Centre Spirituel : Shamballa est souvent vue comme un centre de sagesse spirituelle et d’illumination, où les enseignements du Bouddha sont préservés et pratiqués.

1.2. Description de Shamballa

Représentation Géographique :

  • Lieu Caché : Shamballa est souvent décrite comme étant située au-delà des montagnes de l’Himalaya, cachée aux yeux du monde.
  • Paradis Terrestre : C’est un lieu de grande beauté, avec des paysages luxuriants, des rivières claires et des montagnes majestueuses.

Représentation Spirituelle :

  • Royaume Mystique : Shamballa est considérée comme un royaume mystique où réside une société avancée, à la fois spirituellement et technologiquement.
  • Gouverné par des Rois-Sages : Selon les légendes, Shamballa est gouvernée par des rois-sages, qui sont des gardiens des enseignements sacrés et de la sagesse universelle.

1.3.Symbolisme de Shamballa

Shamballa est riche en symbolisme, représentant un idéal de perfection spirituelle et un modèle de société utopique.

Symbolisme Spirituel :

  • Éveil Spirituel : Shamballa symbolise l’état d’éveil spirituel que chacun peut atteindre à travers la pratique et la dévotion.
  • Pureté et Illumination : Le royaume représente la pureté de l’âme et l’illumination que l’on peut obtenir en suivant les enseignements du Bouddha.

Symbolisme Culturel :

  • Renaissance Spirituelle : Shamballa est vue comme un espoir pour une renaissance spirituelle et un avenir harmonieux pour l’humanité.
  • Protection des Enseignements : Elle symbolise la protection et la préservation des enseignements sacrés contre les forces du mal et de l’ignorance.

1.4.Shamballa dans la Culture Populaire

Le mythe de Shamballa a transcendé les frontières culturelles et religieuses pour s’infiltrer dans la culture populaire.

Littérature et Cinéma :

  • Aventures et Quêtes : Shamballa est souvent représentée comme une destination ultime dans les récits d’aventure et de quête, symbolisant la recherche de la vérité et de la connaissance.

Spiritualité Moderne :

  • Nouvel Âge : Dans les mouvements du Nouvel Âge, Shamballa est perçue comme une source d’énergie spirituelle et de guérison, et les pratiques visant à se connecter à Shamballa sont courantes.

1.5. Conclusion

Le mythe de Shamballa est une légende riche et fascinante qui continue de captiver l’imagination des gens à travers le monde. Que ce soit comme symbole de paix, d’illumination spirituelle ou d’utopie culturelle, Shamballa représente un idéal vers lequel beaucoup aspirent. Bien qu’il soit un royaume mythique, les enseignements et les valeurs qu’il incarne sont profondément ancrés dans la quête humaine de sagesse, de compassion et de perfection spirituelle.

2. Le Mythe d’Agartha

Le mythe d’Agartha est une légende fascinante qui évoque un royaume souterrain caché, rempli de sagesse, de technologie avancée et de spiritualité. Cette légende a capté l’imagination des chercheurs de mystères et des passionnés d’ésotérisme à travers les âges. Voici une exploration détaillée de ce mythe captivant.


2.1. Origine et Signification

Le mythe d’Agartha, également appelé Agarthi, trouve ses racines dans diverses traditions ésotériques et religieuses. Bien qu’il soit surtout connu dans les cercles théosophiques et occultes occidentaux, des légendes similaires existent dans les traditions orientales.

Signification d’Agartha :

  • Royaume Caché : Agartha est souvent décrit comme un royaume souterrain, un monde intérieur caché aux yeux des habitants de la surface.
  • Centre de Sagesse : C’est un lieu de grande connaissance, de sagesse spirituelle et de technologie avancée.

2.2. Description d’Agartha

Représentation Géographique :

  • Souterrain : Agartha est supposé être situé à l’intérieur de la Terre, accessible par des entrées secrètes situées dans des régions reculées comme l’Himalaya, les pôles, ou les jungles d’Amérique du Sud.
  • Réseau de Tunnels : Il est dit que des réseaux de tunnels relient Agartha à divers endroits de la surface terrestre.

Représentation Spirituelle :

  • Royaume de Lumière : Agartha est souvent décrit comme un monde lumineux, bien différent du monde sombre et souterrain auquel on pourrait s’attendre.
  • Avancée Technologique : Les habitants d’Agartha sont supposés posséder une technologie très avancée, bien supérieure à celle de la surface terrestre.

2.3. Symbolisme d’Agartha

Agartha est riche en symbolisme et représente divers idéaux spirituels et culturels.

Symbolisme Spirituel :

  • Éveil Intérieur : Agartha symbolise la quête de l’éveil intérieur, un voyage spirituel vers la connaissance cachée au plus profond de soi.
  • Sagesse Ancestrale : Le royaume représente la sagesse ancestrale et les connaissances perdues que l’humanité cherche à retrouver.

Symbolisme Culturel :

  • Utopie Cachée : Agartha incarne l’idée d’une société utopique cachée, où règnent la paix, l’harmonie et la connaissance.
  • Refuge Spirituel : Il symbolise un refuge pour ceux qui cherchent à échapper aux corruptions et aux conflits de la surface terrestre.

2.4. Agartha dans la Culture Populaire

Le mythe d’Agartha a inspiré de nombreux récits, théories et œuvres dans la culture populaire.

Littérature et Cinéma :

  • Récits d’Aventure : Agartha apparaît dans de nombreux récits d’aventure et de science-fiction, souvent comme une destination mystérieuse pleine de secrets et de défis.
  • Films et Séries : Plusieurs films et séries ont exploré l’idée de civilisations souterraines et de mondes cachés, inspirés par le mythe d’Agartha.

Théories de la Terre Creuse :

  • Hypothèses ésotériques : Le mythe d’Agartha est souvent associé aux théories de la Terre creuse, qui postulent l’existence de vastes cavités et de mondes intérieurs sous la surface terrestre.
  • Explorations Modernes : Certains explorateurs et chercheurs contemporains ont tenté de trouver des preuves de l’existence d’Agartha, souvent avec des résultats controversés.

2.5.Conclusion

Le mythe d’Agartha est une légende riche et fascinante qui continue de captiver l’imagination des chercheurs de mystères et des passionnés de spiritualité. Agartha représente un idéal de sagesse cachée, de technologie avancée et de paix utopique. Que ce soit comme symbole d’éveil intérieur, de sagesse ancestrale ou d’une société idéale, Agartha incarne des valeurs et des aspirations profondément enracinées dans la quête humaine de connaissance et de vérité.

Bien qu’il n’existe pas de preuves concrètes de l’existence d’Agartha, le mythe continue d’inspirer et de motiver ceux qui cherchent à comprendre les mystères de notre monde et de ce qui pourrait se cacher au-delà de ce que nous connaissons.



3.Liens entre Shamballa et Agartha

Shamballa et Agartha sont deux royaumes mythiques souvent évoqués dans les traditions ésotériques et spirituelles. Bien qu’ils aient des origines et des représentations distinctes, il existe des liens conceptuels et symboliques entre ces deux légendes fascinantes. Voici une exploration de leurs connexions :


3.1. Origines et Contexte Culturel

Shamballa :

  • Origine : Principalement associé au bouddhisme tibétain, Shamballa est mentionné dans des textes comme le Kalachakra Tantra.
  • Signification : Un royaume caché de paix, de sagesse et de pureté spirituelle, situé au-delà des montagnes de l’Himalaya.

Agartha :

  • Origine : Provient de diverses traditions ésotériques occidentales et orientales, souvent lié aux théories de la Terre creuse.
  • Signification : Un royaume souterrain, supposé être un centre de connaissances avancées et de spiritualité.

3.2. Symbolisme et Signification

Sagesse et Connaissance :

  • Shamballa : Symbolise l’illumination spirituelle et la pureté. C’est un lieu où la sagesse du Bouddha est préservée et pratiquée.
  • Agartha : Représente la sagesse ancestrale et la technologie avancée. C’est un refuge de connaissances perdues et de progrès.

Lieu Caché et Inaccessible :

  • Shamballa : Caché au-delà des montagnes, accessible uniquement à ceux qui sont spirituellement éveillés.
  • Agartha : Situé sous la surface terrestre, accessible par des entrées secrètes et des tunnels cachés.

Utopie et Société Idéale :

  • Shamballa : Dépeint comme un royaume de paix, de justice et de pureté spirituelle.
  • Agartha : Décrit comme une civilisation avancée et harmonieuse, avec une technologie et une spiritualité supérieures.

3.3. Interprétations Esotériques et Modernes

Interconnexions Théosophiques :

  • Madame Blavatsky : La fondatrice de la Société Théosophique, Helena Blavatsky, a fait des liens entre Shamballa et Agartha dans ses écrits, décrivant Shamballa comme le siège du gouvernement spirituel du monde, tandis qu’Agartha est parfois vue comme une autre manifestation de ces idées.
  • Nicholas Roerich : L’explorateur et mystique russe Nicholas Roerich a également exploré ces concepts, en particulier dans le contexte de sa quête spirituelle en Asie centrale.

Concepts de la Terre Creuse :

  • Théories de la Terre Creuse : Dans certaines théories de la Terre creuse, Shamballa est parfois décrite comme une ville d’Agartha ou une partie de ce royaume souterrain plus vaste.
  • Civilisations Interconnectées : Certaines croyances ésotériques suggèrent que Shamballa et Agartha sont interconnectées par des réseaux de tunnels et des passages souterrains.

Réinterprétations Modernes :

  • Nouvel Âge : Dans les mouvements du Nouvel Âge, Shamballa et Agartha sont souvent évoquées comme des sources d’énergie spirituelle et de guérison, et comme des modèles de sociétés idéales.
  • Culture Populaire : Les récits de fiction, les films et les séries explorent souvent ces royaumes mythiques comme des lieux de mystère, d’aventure et de quête spirituelle.

3.4.Conclusion

Bien que Shamballa et Agartha aient des origines et des contextes culturels distincts, ils partagent des thèmes communs de sagesse, de spiritualité et de lieux cachés. Ils symbolisent tous deux la quête humaine de connaissance, de paix et d’illumination. Les interconnexions entre ces mythes reflètent les aspirations profondes de l’humanité à découvrir des vérités cachées et à atteindre un état de perfection spirituelle.

Que ce soit à travers les interprétations ésotériques, les théories de la Terre creuse ou les réinterprétations modernes, Shamballa et Agartha continuent de captiver et d’inspirer ceux qui cherchent à explorer les mystères de notre existence et à atteindre un état supérieur de conscience et de compréhension.

4. Mon investigation

Je vous mais ci-dessous l’investigation que j’en ai faite, il semblerait que shamballa soit du coté positif, alors qu’Agartha soit du coté occulte et négatif, mais je vous laisse voir.

Exploration des mythes de shamballa et agartha

5. Conférences de Bernard de Montréal

Voici les conférences où il a opposé Shamballa et Agartha

6. Conclusion

Bernard de Montréal parle bien d’un conflit entre Shamballa et agartha, shamballa étant dirigé par des etres de lumière et Agartha étant dirigé par le roi du monde ( et nous savons, les éveillés qui est le roi du monde ).

BdM nous donne beaucoup de clés, et j’espère à travers cet article avoir aidé à ouvrir les yeux.

Vous pourriez aussi aimer mon article : Conversation avec Jules Verne

N’hésitez pas à me faire part de vos commentaires.

    Voyage en Atlantide en hypnose ésotérique

    voyage en atlantide en hypnose ésotérique

    Comme je vous l’avais expliqué dans mes précédents articles, j’ai appris l’hypnose ésotérique ,il y a un an, et depuis je m’entraine toutes les semaines comme opérateur , ou comme télépathe.

    L’an dernier, mon opérateur Stéfano, m’avait envoyée explorer l’atlantide, la grande pyramide et le sphinx.

    Ca été le premier voyage en atlantide en hypnose ésotérique !

    En état modifié de conscience, j’avais découvert des choses interressantes, notamment que la grande pyramide avait été construite aux temps des atlantes et qu’elle comportait des mémoires de cette époque sous forme de cristaux.

    J’avais aussi vu des corps en stase sous le sphinx

    Mes premières investigations

    les atlantes
    les pyramides
    le sphynx

    Ce sont mes premières investigations, alors ma vision n’était pas encore très claire 🙂

    Puis pour vérifier et avoir des précisions, je me suis intéressée à la littérature sur ces sujets et le plus connu est bien sur Edgar Cayce, et il m’apparait de plus en plus que l’on est en train de revivre un peu la même chose qu’aux temps de l’atlantide, c’est pourquoi ce sujet me parait important.

    Extrait d’un livre sur Edgar Cayce

    Voici un extrait du livre  » Edgar Cayce: La grande pyramide de l’atlantide » de Dorothée de Bizemont et William FIX :

    « Expliquer la Grande Pyramide ne peut se faire qu’en changeant notre vision de l’Histoire. Comme nous l’avons dit, on enseigne aujourd’hui partout qu’on « n’arrête pas le progrès », qui nous a fait évoluer depuis « l’hominien-au-front-bas » jusqu’au glorieux citoyen du XXe siècle, si fier de sa révolution industrielle…
    Et pourtant, nombre d’intellectuels, qui se seraient bien contentés de présenter les résultats immédiats de leurs recherches, ont buté sur le schéma classique au moment où ils s’y attendaient le moins. William Thompson, par exemple, auteur de At the edge of History, pense qu’un mythe n’est pas une étape du développement de l’Homme primitif. Il lui semble, dit-il, que la plupart des « primitifs » que l’on a étudiés ne sont pas « au commencement » de quelque chose, plutôt à la fin d’autre chose… Dans un autre livre, Hamlet’s Mill, les professeurs von Dechend et de Santillana remarquent que la littérature des peuples, même les plus archaïques, parle de traditions qui étaient déjà pour eux des mythes anciens! Ils démontrent que la plupart des mythes sont en fait des « archives » transmettant une information sur des événements astronomiques censés s’être produits dans la nuit des temps :

    « Ces gens qui sont nos prédécesseurs, au lieu d’étaler leurs fantasmes avec une liberté naïve, se conduisent plutôt comme des commentateurs embarrassés : ils essaient toujours de faire l’exégèse d’une tradition qu’ils comprennent à peine.»

    Plus nous étudions les origines de l’humanité, plus il semble qu’en réalité, il s’est passé le contraire de ce que nous avions cru jusque là!

    Ils ont bien établi maintenant que l’Homme, sous une forme ou une autre est présent sur la planète depuis plusieurs million d’années.

    L’homme de Cro-Magnon qui était grand, droit sur ses jambes, avec une capacité crânienne très supérieure à celle de l’Homme moderne, est là pour témoigner qu’il y a eu des hommes supérieurement intelligents depuis déjà des dizaines de millions d’années.

    James Norman, dans son livre, Ancestral Voices parle des os gravés qui donnent les phases de la Lune, et autres variables. Et ces os, au carbone 14, datent d’il y a 135.000 ans! Ce qui apporte de l’eau au moulin de ceux qui pensent que les alphabets dérivent du zodiaque et des phases de la Lune. Ces symboles auraient d’abord fonctionné comme des nombres avant de fonctionner comme des lettres : l’écriture serait-elle fille des mathématiques? Mais cette évolution a pu se faire sur des milliers d’années.
    Dans notre perspective historique, il faut se rappeler avec un peu de modestie que notre propre culture a mis un peu moins de 500 ans à passer de Christophe Colomb à l’exploration de la Lune. Alors, plutôt que de considérer ces 100.000 ans de l’« Homo Sapiens » comme une ère de barbarie, il serait plus réaliste de penser que ce laps de temps a vu naître et mourir de très brillantes civilisations.
    Les vieilles légendes arabes qui considéraient la Grande Pyramide comme le « conservatoire » des connaissances d’un âge d’or disparu donnent finalement la seule explication sensée. Ces légendes, rappelons-le, insistaient sur le fait que ces connaissances devaient être mises à l’abri, car viendrait un jour un grand désastre ; et qu’après elles devraient pouvoir servir aux survivants — aux hommes qui viendraient dans le cycle suivant.

    Ce point de vue implique que les constructeurs de Chéops furent au moins aussi intelligents que nous-mêmes. Un simple fait : à quoi sert de bricoler six millions de tonnes de pierres et de les réduire à huit hectares et demi agencés au millimètre près, pour en faire une tombe, un temple, un observatoire astronomique, une pompe à eau, une Bible de pierre, etc., si ça ne doit pas durer? Mais si le monument est conçu pour passer victorieusement l’épreuve du temps, pour survivre à 12.500 ans de séismes, d’intempéries et de vandalisme, alors oui, c’était une bonne raison de se donner tout ce mal.
    Si l’Histoire n’est qu’un renouvellement perpétuel, pourquoi refuser aux pharaons et aux prêtres de l’Égypte prédynastique (et 30.000 avant notre ère)qu’en réalité il s’est passé le contraire de ce que nous avions cru jusque-là! D’abord, les mythes anciens, les légendes ne sont pas de l’invention pure et simple : ils sont ce qui reste d’une histoire des cycles de l’humanité. Et notre histoire, telle que nous avons cru qu’elle était, n’est finalement, comme dit Voltaire, qu’un mensonge sur lequel tout le monde est d’accord. Ce que nous avons refusé de recevoir, ce sont les enseignements du vieux prêtre de Sais.
    Ceux qui acceptent telle quelle la théorie du progrès linéaire en Histoire devraient pouvoir espérer avoir les faits dans leur camp.
    Or il ne s’agit pas d’un conflit entre ceux à qui les faits donnent raison, et les autres; la question est l’interprétation opposée de ces mêmes faits! L’Atlantide, c’est peut-être un délire pour l’enseignement classique. Mais si l’Histoire n’est pas telle qu’on nous l’a enseignée, un progrès continu, alors, c’est leur vision du monde à eux qui devient un délire! Et vraiment, à la lumière des découvertes sur la Grande Pyramide, les bases mêmes de l’Histoire officielle ont commencé à vaciller.
    Et c’est eux-mêmes — les partisans de l’enseignement officiel, qu’ils soient égyptologues, archéologues, anthropologues, historiens, c’est eux-mêmes qui ont scié la branche sur laquelle ils sont assis…


    On a des inscriptions et des pictogrammes qui ont été datés d’il y a 15 ou 30.000 ans256. Dans son livre Ancestral Voices, James Norman parle des os gravés qui donnent les phases de la Lune, et autres variables. Et ces os, au carbone 14, datent d’il y a 135.000 ans! Ce qui apporte de l’eau au moulin de ceux qui pen-sent que les alphabets dérivent du zodiaque et des phases de la Lune. Ces symboles auraient d’abord fonctionné comme des nombres avant de fonctionner comme des lettres : l’écriture serait-elle fille des mathématiques? Mais cette évolution a pu se faire sur des milliers d’années.
    Dans notre perspective historique, il faut se rappeler avec un peu de modestie que notre propre culture a mis un peu moins de 500 ans à passer de Christophe Colomb à l’exploration de la Lune. Alors, plutôt que de considérer ces 100.000 ans de l’« Homo Sapiens » comme une ère de barbarie, il serait plus réaliste de penser que ce laps de temps a vu naître et mourir de très brillantes civilisations.
    Les vieilles légendes arabes qui considéraient la Grande Pyramide comme le « conservatoire » des connaissances d’un âge d’or disparu donnent finalement la seule explication sensée. Ces légendes, rappelons-le, insistaient sur le fait que ces connaissan-ces devaient être mises à l’abri, car viendrait un jour un grand désastre ; et qu’après elles devraient pouvoir servir aux survivants — aux hommes qui viendraient dans le cycle suivant.

    Ce point de vue implique que les constructeurs de Chéops furent au moins aussi intelligents que nous-mêmes. Un simple fait : à quoi sert de bricoler six millions de tonnes de pierres et de les réduire à huit hectares et demi agencés au millimètre près, pour en faire une tombe, un temple, un observatoire astronomique, une pompe à eau, une Bible de pierre, etc., si ça ne doit pas durer? Mais si le monument est conçu pour passer victorieusement l’épreuve du temps, pour survivre à 12.500 ans de séismes, d’intempéries et de vandalisme, alors oui, c’était une bonne raison de se donner tout ce mal.
    Si l’Histoire n’est qu’un renouvellement perpétuel, pourquoi refuser aux pharaons et aux prêtres de l’Égypte prédynastique (et aux Atlantes) des connaissances avancées dans le rayon prophétique? Pourquoi n’auraient-ils pas été capables de prévoir la disparition de l’Atlantide et de sa culture? Et prévoir le déclin général, tant politique que culturel, qui s’ensuivrait?
    Pourquoi refuser absolument l’idée qu’il y ait eu des hommes capables de prévoir une longue décadence à venir — sur le plan intellectuel et scientifique — et le danger d’oubli, de perte des connaissances de l’âge précédent? S’il a existé des chefs éclairés, ils ont pu vouloir sauvegarder ces connaissances pour un temps meilleur.

    Car ce qu’ils ont construit là, ces six millions de tonnes de cailloux, c’est quelque chose d’indestructible, dont la simple permanence à travers les siècles témoigne de leur haut niveau technologique. Tout dans Chéops, sa localisation, ses mesures, sa structure, ses proportions, a l’allure d’un témoignage de pierre qui nous interpelle sur la continuité des connaissances humaines.
    Tout ceci pourrait bien être la seule raison intelligente à la construction de cette taupinière géante. Mais, tout de même, cela pose une autre question. Pourquoi aurait-on pris la peine de travailler avec une telle incroyable perfection, sur cette « borne géographique », au centre de la masse des terres émergées? Pour des inconnus qui viendraient 12.000 ans plus tard? On imagine mal la motivation qui a pu pousser les constructeurs de Chéops, même les plus altruistes, à accumuler 6 millions de tonnes de pierres s’ils n’y avaient pas eu eux-mêmes un intérêt immédiat.
    Peut-être l’avaient-ils? C’est la question que nous allons voir.
    Pour cela, il faut nous pencher sur les cosmologies de l’Antiquité. Or l’ingrédient essentiel de celles-ci, qu’on le veuille ou non, est la croyance en la réincarnation. Croyance générale chez les Anciens, et encore aujourd’hui dans bien des pays, elle suppose la croyance dans l’éternité de l’âme et de l’esprit individuels.

    Dans cette perspective, les âmes humaines reviennent sur la Terre sur des millénaires, et peuvent y retrouver leurs œuvres passées, avec leurs conséquences. Les Anciens croyaient donc que reviendrait un temps avec des problèmes semblables à ceux qui avaient existé en Atlantide… Ils croyaient que ceux qui s’y étaient incarnés déjà reviendraient « en masse » affronter les mêmes défis.
    Évidemment ce point de vue change tout. La réincarnation massive des Atlantes à notre époque expliquerait donc le retour de la technologie moderne — en particulier un peu avant la Seconde Guerre mondiale, au commencement de ce siècle. En termes traditionnels, comme l’exprimaient les Anciens, l’explosion scientifique actuelle de ce siècle serait due à ce phénomène de réincarnation massive des énergies atlantes, des milliers d’années plus tard.
    La réincarnation est une théorie rationnelle, qui permet de coordonner logiquement le passé, le présent, le futur, dans un éternel présent. Serions-nous donc les mêmes Atlantes ou les Égyptiens prédynastiques qui construisirent la Grande Pyramide? Les mêmes qui avaient déjà vécu en Atlantide?

    Aurions-nous construit la Pyramide pour nous-mêmes, pour nous aider à ne pas oublier notre héritage, 12.000 ans plus tard?…
    Car l’intérêt croissant porté à l’Égypte et à l’Atlantide n’est pas un délire temporaire. Pour des millions de lecteurs, cela sonne comme quelque chose de vaguement familier. Mais quelle est l’origine de la science et de la technologie de pointe? Et d’où vien-nent ces délires graphiques dont on nous inonde, ces histoires de batailles de monstres, de géants et de dinosaures, qui remplissent les livres de science-fiction et les BD? Est-ce que ce sont des images surgies de l’inconscient collectif? Ou plus exactement une « mémoire collective » de l’humanité sur la Terre?


    Tout ceci n’est pas nouveau, et cette notion de « mémoire collective » a toujours intrigué les grands philosophes classiques.
    Il y a vingt-quatre siècles, Platon écrivait (faisant parler Socrate) que toute connaissance n’est que mémoire. L’éducation n’est là que pour nous rafraîchir la mémoire sur des choses que nous avons vécues et expérimentées dans d’autres états. Platon, la Bible, les lectures d’Edgar Cayce sont d’accord là-dessus, et s’expriment par le proverbe : « il n’y a rien de nouveau sous le soleil ». Si c’est vrai, cela expliquerait l’engouement actuel du public pour tout ce qui est occultisme et parapsychologie — mais aussi science-fiction, technologies futuristes, violences exotiques, séries noires, civilisations perdues et autres mystères — tout cela ne serait que des souvenirs inconscients de ce qui a existé dans d’autres temps. Si l’Histoire n’est qu’un perpétuel recommencement, le passé devient le miroir de notre avenir.
    Le cycle actuel se terminera aussi sûrement que ceux qui l’ont précédé; et il est étonnant de voir que des millions de gens le sentent. On attend un grand changement comme si la Terre allait vers un événement étonnant au fur et à mesure que l’on s’approche de l’an 2000. Cette attente s’exprime partout à l’heure actuelle, depuis les prévisions économiques jusqu’à la littérature et la musique populaire. Il y en a qui prévoient des tremblements de terre géants, d’autres l’invasion des extraterrestres, d’autres encore le retour du Messie. Les prophéties traditionnelles, même anciennes, sont unanimes à affirmer que nous allons vers un tournant259. On croule sous la littérature apocalyptique d’inspiration chrétienne, dont le thème favori est que « nous sommes dans les derniers jours », comme le dit la Bible : nous serions dans les temps précédant immédiatement le retour du Christ…
    On en donne comme signes la résurrection d’Israël, la renaissance de l’Empire romain sous la forme de la Communauté européenne, la crise économique mondiale, l’aggravation de la tension militaire au Proche-Orient, etc., qu’on pense être des signes avant-coureurs de l’Armageddon.
    Il court aussi un peu partout des prophéties tirées de la Bible sur les « tremblements de terre en divers endroits », « le Soleil qui doit s’obscurcir, la Lune qui doit perdre sa lumière, et les étoiles qui doivent tomber du ciel ». Ces images pourraient en fait suggérer le basculement des pôles et la « chute » des étoiles comme une description visuelle du ciel nocturne lors d’un pareil cataclysme. Le folklore des Lapons, c’est tout de même étrange, décrit la fin d’un âge marquée par un déplacement de l’Étoile Polaire, à la suite de quoi « les cieux tomberont ». Chez les Indiens Skidi-Pawnee des Grandes Plaines, c’est le même refrain : l’Etoile Polaire marquant la fin d’un âge, et avant cela « la lune deviendra rouge et le soleil mourra dans les cieux».

    Edgar Cayce, d’ailleurs, avait prophétisé la même chose dans la lecture 3976-15264, qui prévoit un cataclysme :
    « COMME L’ONT DIT LES ANCIENS, QUAND LE SOLEIL S’OBSCURCIRA ET QUE LA TERRE SE BRISERA EN DIVERS LIEUX… »
    Cayce situait autour de 1998-2000 ce fameux basculement de l’axe des Pôles, c’est-à-dire un nouveau basculement de la Terre, qui mettrait fin au cycle que nous vivons actuellement pour en avoir un nouveau. Phénomène qui changerait complètement la distribution des climats à la surface de la Terre… et bien d’autres choses encore. Cette date est proche de celle donnée par le calendrier maya, qui situait en 2011 la fin d’un âge, marquée par des tremblements de terre… « De nouveaux cieux et une nouvelle terre », comme disait le prophète Isaïe.
    Edgar Cayce a fait également un certain nombre d’autres prophéties, qui commencent à être connues, sur divers bouleversements géologiques et géopolitiques affectant certains pays. On ne sait pas si ces événements doivent survenir avant ou après le basculement de l’axe des Pôles — probablement à la faveur de celui- ci. S’ils surviennent, ce qui n’est d’ailleurs pas sûr du tout! La difficulté est d’interpréter à quel niveau jouent ces événements. Est-ce possible qu’ils passent inaperçus, comme l’émergence de Poséïda, dont nous avons parlé plus haut? Mais on ne doit pas non plus rejeter à priori la possibilité que toutes ces prédictions ne se réalisent ; et si c’est le cas, elles seraient des signes accompagnant un changement d’ère?

    Le scénario des événements donné par Cayce commence trois mois au moins avant l’éruption du Vésuve, ou de la Montagne Pelée267, par de très grands séismes en Californie du Sud; les zones de Sait Lake City et du Nevada Sud seraient également touchées. Dans l’une des lectures, cela va même jusqu’à la « disparition » de Los Angeles et San Francisco — bien qu’aucune date ne soit vraiment précisée. La ville de New York serait détruite par un séisme — ou une guerre —, les trois États de Caroline du Nord, du Sud, et de Géorgie s’enfonceraient en partie sous l’eau — et le Japon également. Par contre, d’autres terres émergeraient au large de la côte Est des États-Unis, dans la mer Caraïbe ; quant à l’Europe du Nord, il s’agit de la configuration de ses côtes, dont les contours doivent bientôt « changer ». Cayce dit que cela peut arriver « en un clin d’œil » — suggérant peut-être la disparition de certaines zones basses au bord de la mer.
    Toutes ces prophéties avec des terres qui disparaissent et d’autres qui apparaissent font penser au mythe de l’Atlantide qui se serait enfoncée dans les flots. Or Cayce répète que c’est justement le « retour des Atlantes », avec leurs tendances extrémistes, qui créerait la possibilité de ces cataclysmes. La destruction de l’Atlantide, dit-il, avait été due surtout aux manipulations imprudentes des prodigieuses énergies de la Nature par des hommes qui les avaient mal employées.

    L’histoire linéaire à laquelle on nous a habitués se veut étrangère à toute moralité; les compromissions et erreurs humaines n’y sont pas sanctionnées, puisque, par définition, on va vers un progrès continu. L’Histoire, analysée comme une répétition de cycles, par contre, coïncide avec une morale élémentaire, qui veut que les désastres qui terminent régulièrement une époque soient la conséquence des méfaits humains, de l’ignorance de l’Homme ou de sa perversité. Dans cette perspective, on n’accuse plus les « caprices » de la Nature, qui frapperait aveuglément, mais on rend à l’Homme la responsabilité des catastrophes. C’est la vision de Platon, et également de tous les folklores. Comme le dit par exemple la légende Hopi : « Au fond des mers reposent les fières cités, les patuwvotas volants, et les trésors du monde matériel corrompus par le mal, avec tous ces peuples qui ne trouvèrent pas le temps de louer le Créateur du haut de leurs collines270. » Le corollaire, c’est que, si l’Homme provoque les désastres, il peut aussi bien les empêcher. Or, actuellement, il est en train de transformer la Terre en poubelle sur une si vaste échelle que ces prophéties devraient nous inquiéter. Nous altérons l’atmosphère, polluons les eaux et le sol d’une façon terrifiante. L’écosystème de la planète est complètement perturbé par plus de 500.000 produits chocs différents, qui l’empoisonnent, ainsi que par les explosions nucléaires, l’extraction massive des hydrocarbures et combustibles fossiles. Le réveil risque d’être dur. On pourrait même penser que si les Pôles basculent, nous y serons pour quelque chose…
    Ce basculement des Pôles n’est d’ailleurs pas une nouveauté. Il existe des preuves scientifiques au point que l’on pense actuellement qu’il s’est déjà produit, alors même que l’Homme était sur la Terre. Une légende des Indiens Hopi raconte que le second âge du Monde se termina lorsque la Terre « oscilla, perdit l’équilibre, se mit à tourner comme une toupie, puis roula sur elle-même deux fois. Alors les montagnes plongèrent dans les mers en faisant un grand « splash »; mers et lacs débordèrent sur les terres273 ». Après quoi commença le troisième âge… Bien sûr, il s’agit de cataclysmes terrifiants. Mais si les vieilles légendes disent vrai, cela voudrait dire que l’espèce humaine a survécu à ces grands cataclysmes. Dans cette vision des choses, l’Homme n’est donc pas condamné à disparaître; les catastrophes naturelles le purifient et le transforment.
    Évidemment, tout cela fait sourire les sceptiques, qui ne verront pas le lien entre la Grande Pyramide et les prophéties apocalyptiques. Mais soyons sérieux : tout est lié. La Grande Chéops nous amène depuis les frontières de l’Histoire au futur immédiat qui est le nôtre. Et si les conclusions que l’on peut en tirer sont inquiétantes, elles ouvrent en même temps des perspectives bien plus exaltantes sur les pouvoirs de l’Homme, sur son origine, sur sa destinée. Il y a beaucoup plus d’espoir qu’on ne nous l’a dit…
    On nous avait enseigné que l’Homme descendait du singe.
    Mais ce n’est pas ce que disent les anciennes traditions. Nous sommes plutôt des dieux venus des étoiles, et piégés dans la matière le temps qu’il faut pour nous purifier et nous fortifier.

    L’esprit de l’Homme, son intelligence sont éternels et viennent des cieux — non pas de la Terre. Nous sommes des extraterrestres. Comme Edgar Cayce le disait, faisant écho au folklore de tous les peuples anciens : les âmes humaines seraient arrivées sur cette planète en ayant le pouvoir de se projeter dans la matière dans la forme souhaitée, se seraient laissé piéger dans la matière physique274. Mais il n’est pas impossible que certains de ces esprits-formes aient choisi de se projeter dans des singes anthropoïdes, dont ils auraient rapidement et radicalement transformé l’espèce pour arriver à l’Homme tel qu’on le connaît.
    Évidemment, dans cette dernière hypothèse, il faudrait trouver le fameux « chaînon manquant » (entre le singe et l’homme). Car il y a, dans ce passage supposé de l’un à l’autre, bien des choses que l’on ne comprend pas encore : comparée à l’évolution des autres espèces, celle de l’Homme semble s’être produite avec une extrême rapidité.
    « Le chaînon manquant », en anthropologie et paléontologie classiques, c’est tout simplement la nature spirituelle et éternelle de l’Homme. Pour ceux qui ont une vision cyclique de l’Histoire, il peut sembler inutile de réaffirmer que l’essence de l’Homme est spirituelle — mais cette vérité, largement passée sous silence dans les universités, a le mérite de dédramatiser les apparentes tragédies de l’Histoire.
    Que gagne-t-on à étudier celle-ci? Une prise de conscience. À tous les niveaux de son être, l’Homme apprend lentement les leçons de la Terre. Si l’Histoire est constituée d’une série de cycles, ceux-ci s’emboîtent en spirale. Si l’Homme descend des étoiles, sa destinée est peut-être d’y remonter. Bien que l’étude de la Grande Pyramide semble nous démontrer que la Science n’a pas autant progressé qu’on le croit, il semble tout de même y avoir un progrès, une remontée globale vers le haut, dans l’Histoire de l’Homme.

    La Grande Pyramide n’est pas seulement la bibliothèque, le musée des connaissances d’un monde disparu. Elle a aussi quelque chose à nous dire sur notre nature humaine et sur notre avenir. Elle nous apporte un message du passé qui est bouleversant. Ce message change le sens de l’Histoire et nous ouvre à nouveau les perspectives d’une philosophie ancienne qui avait éclairé l’humanité, il y a douze mille ans — et qui, aujourd’hui, nous interpelle…

    Voyage en atlantique en hypnose ésotérique

    Dans cette investigation, cette fois-ci, c’est moi qui fait l’opératrice et j’ai 2 télépathes: nous avons l’habitude de nous entrainer ensemble, et on a vraiment l’impression de se croiser dans plusieurs vies, notamment en atlantide 🙂

    voyage en atlantide en hypnose ésotérique

    En conclusion

    Ces voyages en hypnose ésotérique sont vraiment des grandes aventures et je vous encourage à tenter l’expérience!

    De plus, ça permet de découvrir des mémoires que l’on avait à l’intérieur de notre psyché !!

    Si vous aussi, vous avez des mémoires de vies passées au temps de l’atlantide, j’ai découvert qu’on était nombreux, je vous invite à laisser un commentaire.

      https://www.nationalgeographic.fr/histoire/2020/12/latlantide-mythe-mystere-herite-de-platon

      L’Énergie libre: investigations en hypnose ésotérique

      Energie libre

      Dans cet article, je vais vous partager l’investigation en hypnose ésotérique régressive que nous avons faite sur l’énergie libre.

      A notre époque actuelle, l’énergie fait partie des plus grands enjeux, surtout qu’il ne semble pas avoir de solutions pour trouver des énergies propres.

      Pour moi, la recherche est bloquée car ceux qui s’enrichissent avec l’énergie fossile ne veulent pas perdre leurs pouvoirs.

      De plus en plus , on entend parler de Nicolas tesla, qui aurait inventé l’énergie libre, mais dont les recherches auraient été bloquées.

      Je voudrais vous faire part de cet extrait du livre de Marc Auburn: « 0,001% »où il raconte ses voyages hors du corps, capacité qu’il s’est découvert étant enfant.

      Extrait du livre: « 0,001% de Marc Auburn

      Ici, il nous parle du CSETI, centre d’étude de l’Intelligence Extraterrestre, en voici la définition de wikipédia:

      Le Centre pour l’Étude de l’Intelligence Extraterrestre ((en)  »Center for the Study of Extraterrestrial Intelligence »,CSETI) est une organisation qui collecte des informations sur les Ovnis, et les formes de vie extraterrestres.1

      Cet organisme à but non lucratif a été fondé par Steven Greer, qui le dirige depuis sa création en 1990, avec le but déclaré d’ « établir des relations pacifiques et durables avec des formes de vie extraterrestre ». Parmi ses objectifs, on note la mention d’une nouvelle catégorie de rencontre, à savoir la CE-5 (« rencontre du cinquième type ») que Greer définit comme le contact et/ou la communication avec la vie extraterrestre.2 Depuis sa création, l’organisation a dépensé entre 3,5 millions et 5 millions de dollars pour atteindre ses objectifs.3

      L’organisation affirme disposer de plus de 3 000 rapports d’observations « confirmés » d’OVNIS par des pilotes et plus de 4 000 preuves de ce qu’ils décrivent comme « des traces d’atterrissage »,0 c’est-à-dire des cas où des ovnis ont laissé de traces électromagnétiques après un atterrissage sur la Terre. 

      « D’autres choses arrivent au cours de ce séjour, mais j’ai choisi celle-là pour illustrer le fait que quelque chose peut se manifester à nous pour peu que notre demande et notre intention soient en adéquation avec les critères de nos correspondants.
      Les objectifs du CSETI ne s’arrêtent pas à la divulgation de la présence extra-terrestre, et peuvent être résumés principalement par les deux points suivants :
      1°) L’AGE D’OR SUR LA TERRE En premier lieu le CSETI apporte nombre de témoignages montrant que des technologies exotiques ont été développées par des humains suite à différents contacts avec des E.T. Ces technologies restent secrètes, elles sont utilisées par une élite mondiale établie dans l’espace depuis plusieurs dizaines d’années. Ces technologies permettraient de s’affranchir définitivement des énergies fossiles comme le pétrole et le charbon, ainsi que de l’énergie nucléaire. Elles donneraient l’accès à une énergie illimitée et gratuite à tout habitant de la planète et mettraient fin à la misère partout dans le monde. Elles pourraient éradiquer une grande partie de la pollution générée par les technologies actuelles. Le CSETI milite pour que ces nouvelles technologies soient rendues publiques et utilisées dans le monde entier, même si les empires financiers reposant sur les énergies actuelles devaient s’écrouler.
      2°) LA PAIX UNIVERSELLE Le CSETI souhaite que les différents peuples de la terre entretiennent des relations pacifiques entre eux et pratiquent de même avec les civilisations extra-terrestres.

      Les trainings CE 5 sont destinés à former des ’’ambassadeurs’’ terriens qui n’ont aucun racisme ni préjugé envers les créatures extra-terrestre, quelle que soit leur

      apparence physique qui peut être extrêmement dérangeante pour notre esprit actuel. A ce sujet mon avis est que ce truc d’ambassadeurs est du pur marketing pour recruter les stagiaires. Je n’imagine pas une seconde que les gestionnaires aient besoin de diploates de ce genre, et s’il y a des structures à mettre en place je ne doute pas que tout soit déjà fait, et de la plus parfaite manière. Ou alors GREER veut plutôt dire ’’relais’’ pour transmettre la révélation dans les populations ? J’ai pu voir néanmoins que certains stagiaires prennent ce concept-là au pied de la lettre, ce qui me fera beaucoup rire. Le CSETI rejette catégoriquement le fait qu’il pourrait y avoir de mauvais E.T susceptibles d’être agressifs, ou avec une volonté de conquête de cette planète. Il soutient qu’il existe un monceau de preuves que les êtres humains peuvent se massacrer entre eux par millions, mais qu’il n’existe aucune preuve qu’un être venu de là-bas se soit montré dangereux sauf dans certains cas où il devait se défendre devant l’attaque d’un humain, un avion de chasse par exemple. Il explique que les ET ont une telle avance technologique qu’ils pourraient nous écraser à n’importe quel moment, et il n’existerait rien que nous pourrions faire pour les en empêcher, même aujourd’hui. Il est farouchement opposé à la militarisation de l’espace, expliquant témoignages à l’appui, que des armes secrètes mises en orbite depuis plus de 20 ans étaient utilisées contre des vaisseaux E.T, les détruisant parfois. Le fameux bouclier spatial du Président REAGAN serait dirigé vers l’espace.
      Le fait qu’il n’y ait pas eu de représailles suite à ces attaques militaires tend à prouver que nous n’avons pas affaire à des civilisations guerrières comparables à ce que nous sommes actuellement.
      Cette pacification de notre comportement rendrait possible notre intégration progressive au sein de la grande communauté cosmique.

      Marc Auburn

      Bien entendu, rien ne prouve que les ET existent, mais vu que ce blog parle des investigations que je fais en hypnose ésotérique régressive, je vais plutôt citer des auteurs qui pensent comme moi ! 😉

      Mon investigation en hypnose ésotérique

      Voici la vidéo de l’investigation que nous avons fait en hypnose ésotérique; bien sûr, tout est subjectif, mais je me suis perçue qu’en état de conscience modifiée j’avais des visions intéressantes, d’ailleurs j’avais déja vu dans une autre investigation que la grande pyramide servait aussi à créer de l’énergie; dans celle -ci j’ai vu que les ankh étaient des genres de générateurs.

      De même, les humains ,ceux qui ont le cœur ouvert sont de puissants générateurs d’énergie.

      L’investigation que j’avais faite sur les pyramides

      Je voudrai rajouter cette investigation que j’avais faite sur les pyramides en hypnose ésotérique, car j’avais vu qu’elles servait de générateurs à énergie, et donc délivraient de l’énergie libre.

      En conclusion

      En apprenant à explorer différentes choses en état modifié de conscience, j’ai vraiment découvert une autre vision de la vie, car ce n’est plus le mental qui explore et réfléchit mais une autre partie de nous-même, peut-etre le corps éthérique, en tout cas la partie qui nous donne notre intuition.

      D’ailleurs, ne dit on pas que beaucoup de grandes inventions ont été faites après que l’inventeur en ait rêvé !

      Je voudrais, en guise de conclusion, ajouter cette magnifique citation de Tesla:

      Je voulais illuminer la terre entière.

      Il y a assez d’électricité pour devenir un deuxième soleil.
      La lumière apparaîtrait autour de l’équateur, comme un anneau autour de Saturne.

      L’humanité n’est pas prête pour les grands et les bons.
      À Colorado Springs , j’ai imprégné la terre d’électricité.

      Nous pouvons aussi arroser les autres énergies, telles que l’énergie mentale positive. Ils sont dans la musique de Bach ou de Mozart, ou dans les vers de grands poètes.

      À l’intérieur de la Terre, il y a une énergie de joie, de paix et d’amour.

      Leurs expressions sont une fleur qui naît de la Terre, la nourriture que nous en retirons et tout ce qui fait la patrie de l’homme.
      J’ai passé des années à chercher comment cette énergie pourrait influencer les gens.

      La beauté et le parfum des roses peuvent être utilisés comme médicament et les rayons du soleil comme aliment.

      La vie a un nombre infini de formes, et le devoir des scientifiques est de les trouver dans toutes les formes de la matière.

      Nikola Tesla

      Energie libre d’amour

      Et vous , avez – vous déjà fait des voyages astraux ou en état modifié de conscience ?

      Je vous invite à partager vos expériences

        Si vous voulez en savoir plus

        https://youmatter.world/fr/energie-libre-explications-ecologie/

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Nikola_Tesla

        CONVERSATIONS EN HYPNOSE ESOTERIQUE REGRESSIVE AVEC JULES VERNE

        Bonjour à tous!

        Dans cet article, je vais vous partager les conversations que j’ai eu en hypnose ésotérique régressive avec Jules Verne grâce à mes 2télépathes: Stéfano et Jean-Pierre.

        La question que l’on peut se poser c’est comment m’est venue cette idée d’essayer d’avoir des conversations en hypnose avec Jules verne ?

        Et bien, un matin, alors que j’étais en autohypnose, il m’est apparu le livre de Jules Verne: « Voyage au centre de la terre », et je me suis demandé d’où lui était venu l’idéé de ce roman, si c’était juste son imagination où si il avait reçu une initiation, ca

        lors de précédentes hypnose, j’avais vu qu’aprés le raz de marée de l’atlantide, une partie de la population s’était réfugiée dans des grottes, à l’intérieur de la terre, et de savoir des atlante s’était transmis oralement à certains initiés via des écoles de mystère.

        « Voyage au centre de la terre « de Jules VERNE

        Je vais vous partager un extrait du début du livre, on peut remarquer la grande érudition de J Verne car l’ouvrage dont il parle existe réellement :

        https://fr-academic.com/dic.nsf/frwiki/1549145

        C’est en effet la découverte d’un parchemin écrit en caractères runiques, dans le livre de Snorre Turleson qui constitue le départ de l’aventure.

        « …Mais, en entrant dans le cabinet, je ne songeais guère à ces merveilles. Mon oncle seul occupait ma pensée. Il était enfoui dans son large fauteuil garni de velours d’Utrecht, et tenait entre les mains un livre qu’il considérait avec la plus profonde admiration.
        « Quel livre ! quel livre ! » s’écriait-il.
        Cette exclamation me rappela que le professeur Lidenbrock était aussi bibliomane à ses moments perdus ; mais un bouquin n’avait de prix à ses yeux qu’à la condition d’être introuvable, ou tout au moins illisible.
        « Eh bien ! me dit-il, tu ne vois donc pas ? Mais c’est un trésor inestimable que j’ai rencontré ce matin en furetant dans la boutique du juif Hevelius.
        – Magnifique ! » répondis-je avec un enthousiasme de commande.
        En effet, à quoi bon ce fracas pour un vieil in-quarto dont le dos et les plats semblaient faits d’un veau grossier, un bouquin jaunâtre auquel pendait un signet décoloré ?
        Cependant les interjections admiratives du professeur ne discontinuaient pas.
        « Vois, disait-il, en se faisant à lui-même demandes et réponses ; est-ce assez beau ? Oui, c’est admirable ! Et quelle reliure ! Ce livre s’ouvre-t-il facilement ? Oui, car il reste ouvert à n’importe quelle page ! Mais se ferme-t-il bien ? Oui, car la couverture et les feuilles forment un tout bien uni……….

        « Et quel est donc le titre de ce merveilleux volume ?

        cet ouvrage, répondit mon oncle, c’estl’Heinmskringla de Snorre Turleson le fameux auteur islandais du XII ° siècle ! C’est la chronique des princes norvégiensqiu régnèrent en Islande ! « ……

        Ceci est l’ouvrage original en langue islandaise, ce magnifique idiome,riche et simple à la fois, qui autorise les combinaisons grammaticales les

        plus variées et de nombreuses modifications de mots !
        – Comme l’allemand, insinuai-je avec assez de bonheur.
        – Oui, répondit mon oncle en haussant les épaules, sans compter que la langue islandaise admet les trois genres comme le grec et décline les noms propres comme le latin !
        – Ah ! fis-je un peu ébranlé dans mon indifférence, et les caractères de ce livre sont-ils beaux ?
        – Des caractères ! Qui te parle de caractères, malheureux Axel ! Il s’agit bien de caractères ! Ah ! tu prends cela pour un imprimé ! Mais, ignorant, c’est un manuscrit, et un manuscrit runique !…
        – Runique ?
        – Oui ! Vas-tu me demander maintenant de t’expliquer ce mot ?
        – Je m’en garderai bien », répliquai-je avec l’accent d’un homme blessé dans son amour-propre. Mais mon oncle continua de plus belle et m’instruisit, malgré moi, de choses que je ne tenais guère à savoir.
        « Les runes, reprit-il, étaient des caractères d’écriture usités autrefois en Islande, et, suivant la tradition, ils furent inventés par Odin lui-même ! Mais regarde donc, admire donc, impie, ces ty

        pes qui sont sortis de l’imagination d’un dieu ! »
        Ma foi, faute de réplique, j’allais me prosterner, genre de réponse qui doit plaire aux dieux comme aux rois, car elle a l’avantage de ne jamais les embarrasser, quand un incident vint détourner le cours de la conversation.
        Ce fut l’apparition d’un parchemin crasseux qui glissa du bouquin et tomba à terre.
        Mon oncle se précipita sur ce brimborion avec une avidité facile à comprendra. Un vieux document, enfermé depuis un temps immémorial dans un vieux livre, ne pouvait manquer d’avoir un haut prix à ses yeux.
        « Qu’est-ce que cela ? » s’écria-t-il.
        Et, en même temps, il déployait soigneusement sur sa table un morceau de parchemin long de cinq pouces, large de trois, et sur lequel s’allongeaient, en lignes transversales, des caractères de grimoire.
        En voici le fac-similé exact. Je tiens à faire connaître ces signes bizarres, car ils amenèrent le professeur Lidenbrock et son neveu à entreprendre la plus étrange expédition du dix-neuvième siècle :
        [Image d’un cryptogramme]

        Le professeur considéra pendant quelques instants cette série de caractères ; puis il dit en relevant ses lunettes :
        « C’est du runique ; ces types sont absolument identiques à ceux du manuscrit de Snorre Turleson ! Mais… qu’est-ce que cela peut signifier ? »
        Comme le runique me paraissait être une invention de savants pour mystifier le pauvre monde, je ne fus pas fâché de voir que mon oncle n’y comprenait rien. Du moins, cela me sembla ainsi au mouvement de ses doigts qui commençaient à s’agiter terriblement.
        « C’est pourtant du vieil islandais ! » murmurait-il entre ses dents.
        Et le professeur Lidenbrock devait bien s’y connaître, car il passait pour être un véritable polyglotte. Non pas qu’il parlât couramment les deux mille langues et les quatre mille idiomes employés à la surface du globe, mais enfin il en savait sa bonne part.
        Il allait donc, en présence de cette difficulté, se livrer à toute l’impétuosité de son caractère, et je prévoyais une scène violente, quand deux heures sonnèrent au petit cartel de la cheminée.

        Et se précipitant sur la feuille de papier, l’œil trouble, la voix émue, il lut le document tout entier, en remontant de la dernière lettre à la première.
        Il était conçu en ces termes :
        In Sneffels Yoculis craterem kem delibat umbra Scartaris Julii intra calendas descende, audas viator, et terrestre centrum attinges. Kod feci. Arne Saknussem.
        Ce qui, de ce mauvais latin, peut être traduit ainsi :
        Descends dans le cratère du Yocul de Sneffels que l’ombre du Scartaris vient caresser avant les calendes de Juillet, voyageur audacieux, et tu parviendras au centre de la Terre. Ce que j’ai fait. Arne Saknussemm.
        Mon oncle, à cette lecture, bondit comme s’il eût inopinément touché une bouteille de Leyde. Il était magnifique d’audace, de joie et de conviction. Il allait et venait ; il prenait sa tête à deux mains ; il déplaçait les sièges ; il empilait ses livres ; il jonglait, c’est à ne pas le

        croire, avec ses précieuses géodes ; il lançait un coup de poing par-ci, une tape par-là. Enfin ses nerfs se calmèrent et, comme un homme épuisé par une trop grande dépense de fluide, il retomba dans son fauteuil.
        « Quelle heure est-il donc ? demanda-t-il après quelques instants de silence.
        – Trois heures, répondis-je.
        – Tiens ! mon dîner a passé vite. Je meurs de faim. À table. Puis ensuite…
        – Ensuite ?
        – Tu feras ma malle.
        – Hein ! m’écriai-je.
        – Et la tienne ! » répondit l’impitoyable professeur en entrant dans la salle à manger. »

        Première conversation en hypnose ésotérique régressive avec Jules Verne

        Voilà l’enregistrement vidéo de cette conversation avec Stéphane comme télépathe

        1ère conversation en hypnose avec Jules Verne

        Deuxième conversation en hypnose ésotérique régressive avec Jules Verne

        20 000 lieux sous les mers

        Mon deuxième télépathe, Jean Pierre a voulu discuter aussi avec Jules Verne.

        Il a discuter d’autres romans, notamment  » Clovis Dardendor » qui se passe à Bugarach et  » 20 000 lieux sous les mers »:

        2éme conversation en hypnose ésotérique régressive avec Jules Verne

        Conclusion

        Je comprends que ce genre d’exercices peut en choquer plus d’un, ou se dire que je suis complètement « perchée »

        Mais ce n’est pas grave, j’assume.

        Nous sommes aux temps des grandes révélations, et on finira par admettre que l’esprit est complètement hors du corps et que la mort n’est qu’un changement d’état.

        Nos esprits sont immortels et l’hypnose est un formidable outils pour discuter avec les désincarnés.

        Et pour les plus sceptiques, je vous invite à relire ces formidables romans !

        https://www.universalis.fr/encyclopedie/voyage-au-centre-de-la-terre/1-d-un-volcan-a-l-autre/

          BIENVENUE SUR MON BLOG: départ pour l’aventure !

          A l’aube de l’année 2023, me voilà partie dans une autre aventure, celle de créer un blog sur mes investigations en hypnose ésotérique régressive.

          Départ pour l’aventure

          Décembre 2021, l’aventure commence

          Le début de mon engouement a commencé en décembre 2021, date où je me suis décidée à faire une hypnose régressive avec un opérateur ( qui dirige l’interrogatoire) et un télépathe qui va observer mon corps subliminal et tout remettre d’aplomb.

          J’avais déjà fait l’expèrience en cabinet, mais je ne me faisais pas assez confiance pour me dire que c’était vraiment de l’hypnose.(Je développerai dans un autre article, la difficulté à lacher prise et à se détacher de son mental).

          Sur le moment, j’ai eu l’impression qu’il ne s’était pas passé grand chose, mais en fait, ça m’a complètement transformée, à l’époque, j’étais encore sur le choc de la crise COVID, mais cette hypnose m’a redonnéla pêche et j’ai décidé de me former à l’hypnose.

          Ne pouvant le faire avec l’équipe qui avait fait mon hypnose (l’équipe de Mathieu Monade), je décide d’acheter la formation à distance de Calogéro Grifasi.

          Janvier 2022, début de la formation

          J’ai donc commencé la formation pour devenir opératrice, c’est à dire la personne qui dirige la session d’hypnose, puis après, j’ai fait des réunions par skype avec la formatrice , mais il m’est apparue que pour progresser, je devais m’entrainer plus, et j’ai donc commencé des séances d’entrainements avec des télépathes de la même formation.

          Ces investigations m’ont fait découvrir un continent inconnu et peuplé de créatures étranges et où les pouvoirs de suggestion étaient illimités, c’est un peu comme si on allait dans un autre monde!!

          Très vite, j’ai décidé d’aller à l’exploration de ce monde; au début, ça n’a pas été facile car je ne me faisais pas confiance, et puis je me suis rendue compte que mes vues étaient assez justes.

          Mars 2022, début de ma chaine YouTube

          C’est encore un défi auquel j’ai dû faire face, moi qui étais incapable de parler face à un magnétophone, j’ai réussi le défi de montrer mon visage sur YouTube !!

          Ma chaine a commencé doucement , j’ai fais équipe avec plusieurs personnes, mais maintenant, avec Stéfano et Jean-Pierre, nous formons un bon trio, et comme on ne rencontre pas les personnes par hasard, je leur ai demandé de voir si on s’était déjà rencontrés, et Stéfano nous a vu tous les 3 en train de discuter assis dans l’herbe, il y a 12000 ans en Atlantide !

          Décembre 2022, la suite de l’aventure

          Et me voilà en train d’écrire le premier article de mon blog, je ne sais pas encore à quoi il ressemblera vraiment, ce que je sais déja, c’est qu’il y aura une partie avec mes investigations; j’en ai déja 44 que je vais rapatrier ici, et je ferai aussi une partie consacrée à des livres sur l’hypnose ou des auteurs en rapport avec les sujets de mes investigations.

          Et pour finir…

          J’espère que mon blog en intéressera un grand nombre, bien que ce soit un domaine encore tabou et que beaucoup trouveront des réponses à leurs questions.

          Et voici une de mes investigations en guise de bienvenue !

          Et si vous voulez tenter l’aventure de l’hypnose, n’hésitez pas à contacter notre équipe !

          Et si vous voulez tenter l’aventure de l’hypnose, n’hésitez pas à contacter notre équipe !